Accueil > Opinion > Coup de coeur > Petit condensé de rigologie  

Petit condensé de rigologie  

par Hilaire Dutemps

« On reconnaît un motard heureux aux mouches collées sur ses dents. » Si la lecture de cette allégorie humoristique du bonheur total a réussi à faire sourire, voire rire, elle aura permis aux rieurs d’oublier le stress et d’échapper au pessimisme ambiant l’espace de quelques secondes. Selon les médecins, dix à quinze minutes de rire par jour permettraient de se maintenir en bonne santé. Hélas, nous rions de moins en moins : dix-neuf minutes en 1939, moins d’une minute aujourd’hui disent les neurologues ! Heureusement, il y a la rigologie, une technique récente de développement personnel et de bien-être par le rire. On compte plusieurs milliers de clubs ou ateliers de rire à travers le monde, dont plusieurs en Alsace.

Se poiler, se gondoler, se boyauter, se tirebouchonner, s’esclaffer, c’est contribuer à l’hygiène de vie. En des termes moins récréatifs mais plus explicites, le rire libère des endorphines cérébrales, agit comme un stimulant psychique et combat le stress par son action sur le système neurovégétatif. Bref, les vertus thérapeutiques du rire sont désormais unanimement reconnues.

Mais il faut rendre à César ce qui appartient à César : le pionnier du mouvement du rire est un médecin généraliste de Bombay, le docteur Madan Kataria. Il a développé sa technique, basée sur le yoga, en 1995.  Sa formule préférée : « Nous ne rions pas parce que nous sommes heureux, nous sommes heureux parce que nous rions. »

Le yoga du rire, ou rigologie, fait de plus en plus d’adeptes en ces temps de crise. Les séances de rire, fort sérieuses, durent en général une heure. On y voit plus de femmes que d’hommes. À Mulhouse, dans l’un des clubs alsaciens, les coaches travaillent sur le lâcher-prise. Les rieurs échanges et partagent leurs rires en groupe dans une ambiance de joie et de bonne humeur.

La proximité avec le yoga se manifeste lors de mouvements simples qui permettent de se dérouiller quelques muscles en plus des zygomatiques. Le rire a ainsi des effets bénéfiques sur toutes les parties du corps. Grâce à la respiration saccadée qu’il provoque, il sollicite le diaphragme. L’association du rire et du yoga permet également de travailler la souplesse et la relaxation.

Une École Internationale du Rire forme désormais des rigologues à Paris. Les coachs viennent des secteurs de la santé, du social, de l’entreprise ou de l’enseignement. (Ne dites pas à ma mère que je suis rigologue, elle me croit prof de maths dans un lycée !) La formation repose sur la connaissance du corps, l’étude du mime pour faciliter la contagion du rire, la méditation ou l’intelligence émotionnelle. Et la rigologie ne se pratique plus uniquement dans les arrières-salles ou les cercles avant-gardistes éclairés. Elle s’invite dans les prisons, les maisons de retraite, les associations de malades… Certains patrons, encore peu nombreux, lui ont ouvert les portes de l’Entreprise, au grand bénéfice des salariés qui ont osés se dégourdir les zygomatiques en compagnie des collègues.

Aujourd’hui, il est même possible de rire en ligne (www.ecolederire.org). On vous invite à venir vous esclaffer sans raison, durant dix minutes, gratuitement. Via Skype, vous intégrez un groupe de rieurs connectés. Objectif : glousser à l’unisson. Si tout cela vous fait doucement sourire, c’est déjà un bon début. Mais attention : la rigologie, ce n’est pas de la rigolade.

Pour en savoir plus : Atelier de Rire de Strasbourg, tél. 06 77 98 37 34 – Le Club de Rire de Haguenau & Rire et Clown Strasbourg, tél. 06 33 06 64 48 – Club de Rire à Mulhouse, b.piwosz@wanadoo.fr

 

Lire aussi

opinion-chat-vert-2

De l’or en bave

Des cosmétiques à la bave d’escargots, ce n’est pas très glamour ! Et pourtant, la précieuse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *